Délégationde Châlons/Reims-Ardennes

Agir avec les plus fragiles

Julien nous confie son expérience

publié en janvier 2016

C’est grâce à Patricia que Julien est devenu bénévole au Secours Catholique.

« Je connaissais très peu le monde de la rue et de la précarité, même si je venais d’un milieu populaire. J’ai tout de suite senti l’humanité qui animait les lieux, le contact s’est fait rapidement, aussi bien avec les personnes accueillies qu’avec les bénévoles présents. »

Au départ, Julien s’est occupé de l’accueil d’hiver : « Je discutais autour d’un café, tout ça de manière conviviale, et en étant à l’abri des intempéries, ma mission aurait pu s’arrêter là, un petit café, de l’écoute, un sourire, un au revoir et à demain. »

Ses convictions l’ont poussé à plus.

« Je ne pouvais échanger avec eux et rester les bras croisés, j’ai alors commencé à faire de l’accompagnement mais les matinées devenaient courtes. Et puis, j’ai franchi le pas, en allant voir Émeline qui m’a donné une ligne directrice, c’est à partir de ce moment que l’accompagnement extérieur s’est mis en place.

J’accompagnais de plus en plus de personnes, et il m’arrivait de me rendre à leur domicile, je ne vais pas vous mentir, mon téléphone sonnait le soir ou le week-end.

Alors, pourquoi bénévole au Secours Catholique ?

Le Secours Catholique m’a apporté les outils pour m’épanouir, une équipe pluridisciplinaire (médecins, infirmière, éducateurs, des personnes de tous horizons sociaux ou culturels), une structure à l’écoute, une animatrice de territoire au top, des locaux super entretenus.

J’arrivais le matin et même si les soucis personnels existent en dehors, ceux-ci s’évanouissaient au passage de la porte, comme un univers, une emprise positive qui me portait à aller plus loin, plus loin dans mes convictions, qui m’apportait un regard critique différent sur le monde. 

J’insiste vraiment sur cette famille qu’est le Secours Catholique, en plus d’y avoir fait des rencontres formidables, j’y ai rencontré des amis, des personnes sur qui s’appuyer, qui comptent à présent dans mon cœur. Tout en restant professionnel dans mon bénévolat j’ai eu des échanges exceptionnels, des leçons de vie. 

Je ne vous cacherai pas que cela n’a pas été facile tous les jours, certaines fois j’ai eu la boule au ventre, des peurs, des échecs. Mais on apprend vite que dans le social, l’échec fait partie de la réussite et que même si certains jours on se sent démuni, ou qu’on se dit que cela n’a servi à rien, l’idée passe très vite. Chaque petite pierre que l’on apporte à l’édifice fait son bout de chemin. Même si la personne rechute, elle ne peut que mieux se relever.

Car maintenant je peux vous le dire, vous êtes ma famille. Notre mission est importante, dans ce monde qui se durcit, où l’argent contrôle les espérances.

J’ai voulu témoigner car c’est important pour moi de savoir que l’on partage entre nous, bénévoles, les mêmes valeurs que sont l’écoute et l’entraide, et c’est ce que nous apportons chaque jour aux personnes accueillies. »

Imprimer cette page

Faites un don en ligne